• Priscilia

Défi 1 mois 100% végé de mon chum : découvertes, difficultés et ce qu’il en retire


Si vous ne le saviez pas : non mon chum n’est pas végétalien.


Ça fait plus de 8 ans qu’on est ensemble et il mange de plus en plus végé. Il est aussi très ouvert à la nourriture végétalienne et à ce mode de vie.


Mais reste qu’il a des « réflexes » et habitudes bien ancrés. Pour certains produits ou situations, il va être porté à se tourner vers des produits d’origine animale.


L’autre fois on en jasait et c’est comme ça qu’on en est venu avec cette idée : il pourrait faire un défi 1 mois 100% végé.


Ça lui permettrait justement de prendre un peu de distance par rapport à ses réflexes et on verrait ce qui pourrait aussi en ressortir.


Je vous partage aujourd’hui ce processus : les découvertes qu’il a faites, les constatations, ce qui a été le plus difficile et ce qui va se passer pour la suite.


Le but c’est de pouvoir vous donner des pistes de réflexion et idées si jamais vous ou un membre de votre entourage souhaitez faire la même chose.


Mais avant de commencer, un avertissement :



Les commentaires irrespectueux en lien avec le fait que mon chum n’est pas végétalien ne sont pas les bienvenues. Croyez-le ou non, mais on m’a déjà écrit pour me dire que je devrais le laisser pour ça. C’est ce qui m’oblige maintenant à faire cette mise à garde. (Et vous vous doutez bien que ce n’est pas un message Facebook/Instagram qui influencera le sort de ma relation :) )


Défi 1 mois 100% végé



Avant de commencer : approcher le défi avec le bon état d’esprit


Pour qu’un défi ait de bons résultats à long terme il y a une chose qui est essentielle : avoir du PLAISIR.


Si c’est plate et pénible, c’est clair que ça donne pas le goût de continuer par la suite.


On a donc décidé que ce serait le mois de la découverte. On investirait un peu plus dans l’épicerie pour acheter des produits qu’on n’a jamais essayés ou qu’on achète rarement, pour se commander du restaurant, etc.


L’objectif c’est que le mois ne soit pas vu comme de la privation, mais bien de l’exploration.



En mode exploration : les découvertes faites durant le défi



Le fait qu’on achète plus de produits végés et qu’il sorte plus de sa zone de confort a fait en sorte qu’il a fait de belles trouvailles.


Voici ses préférées :


  • Saucisses Beyond meat : sincèrement les meilleures saucisses pour les personnes qui aiment celles à la viande

  • Fish and chips Gardein : ils goûtent pareils à ceux de poisson

  • Croquettes Yves : on les a même trouvées meilleures que celles de Gardein

  • Pizza Beyond meat : une pizza végétalienne qui enfin goûte la vraie pizza

  • Impossible burger : assez troublant comment cette protéine ressemble et goûte comme de la viande hachée

  • Peppéronis Yves : il est bien fan de pizzas et voilà une alternative de garniture sans viande qu’il apprécie.



On a aussi commandé plusieurs éléments du Paradis végétarien. On a beaucoup aimé le « poulet » général tao, mais on a été déçu de d’autres options. Par exemple, il est inscrit sur leur site que leur PVT est saveur bœuf ou porc. Par contre, en réalité, il n’y a aucune saveur. C’est seulement la couleur de la protéine végétale qui est plus pâle ou foncée. C’est assez décevant.


Et tant qu’à parler de produits qui ressemblent à de la viande, petit mot là-dessus. Il y a malheureusement souvent un débat sur ce sujet entre personnes végés. Selon moi, c’est une perte de temps et d’énergie. Si une personne aime mieux ne pas en consommer, tant mieux. Si ça aide une autre personne à diminuer sa consommation de viande, tant mieux aussi. Il n’y a pas UNE seule bonne façon de manger végé. C’est contre-productif de se s’obstiner là-dessus.


Alors dans le cas ici : il y a eu beaucoup de produits plus transformés qui font penser à de la viande.


L’objectif était de justement découvrir des alternatives à ce qu’il mange normalement et à ne pas que la transition soit trop intense non plus. La douceur est également une autre clé pour la réussite d’un défi de ce genre.



Différences au niveau de l’énergie, digestion, faim…?


Avec un défi comme ça qui dure un mois, il peut être possible de remarquer certaines différences au niveau de l’énergie, la digestion, la faim, etc.


Est-ce que cela a été son cas? Non. Il faut par contre dire qu’il mangeait déjà végé 80 à 90% du temps depuis plusieurs années. Le changement n’était alors pas drastique.


Si vous commencez à inclure plus de repas végé, il se peut que vous viviez ça de manière différente. Et si ça provoque des questionnements ou inquiétudes chez vous, je vous invite à consulter un professionnel de la santé.



Qu’est-ce qu’il a été plus difficile?


  • Plus de planification : il a trouvé que cela lui demandait de plus prévoir ce qu’il voulait manger.


  • Les repas au congélateur : il lui restait des repas qui contenaient des produits d’origine animale au congélateur. C’est certain que de les voir pendant 1 mois sans pouvoir les manger n’aide pas. Si vous faites un défi comme ça, je vous suggère de les consommer avant ou au moins qu’ils ne soient pas toujours devant vos yeux.


  • Manger du restaurant : ça été LA plus grande difficulté. On habite une région qui n’a pas beaucoup d’options végétaliennes dans les restaurants. Il est alors habitué de pouvoir se prendre un peu ce qu’il veut dans ceux-ci alors que là ce n’était plus le cas. Ça a pris un moment d’adaptation, mais on a décidé de faire un peu plus de route pour commander à un restaurant 100% végétalien. Ça rendait ça plus spécial et enfin on prenait le temps de le faire vs quand je suis la seule végé de la maison.


Réussite ou échec?


Alors la grande question : est-ce qu’il a réussi à faire 1 mois 100% végé? OUI!


Même les jours où il n’avait pas de lunch, il est allé à une épicerie près de son travail pour acheter des repas déjà-prêts végé.


Il a pris ça vraiment à cœur et a réussi haut la main.



Ce qu’il va en retirer pour la suite :


Il ressort de ce défi avec plusieurs nouvelles alternatives pour des produits ou repas qu’il aime manger. Les prochaines fois il va préférer se tourner vers celles-ci plutôt que ses anciens réflexes et habitudes.


Par contre, il va continuer d’y aller graduellement plutôt que de se lancer tête première vers la « perfection ».


Chacun a un rythme différent et c’est correct comme ça. L’objectif au final est de viser de vrais changements à long terme et une motivation interne (plutôt que de lui pousser ma motivation). Et ça, ça demande parfois plus de temps.



Si vous voulez faire la même chose :


  • Lancez-vous un défi réaliste. Lui a fait 1 mois, car, avec moi, ça fait longtemps que le végétalisme fait partie de sa vie. De votre côté, si vous commencez, essayez plutôt de faire 5 jours ou une semaine.


  • Ayez du plaisir. Explorez et découvrez de nouvelles recettes, des produits et restaurants intéressants.



  • N’hésitez pas à consulter une nutritionniste ou un professionnel de la santé si vous avez des questions sur votre alimentation, digestion ou autre.


Et pour finir : soyez fiers de vous. Même si vous vivez des difficultés, des « échecs », félicitez-vous! Vous en faites déjà plus que la moyenne des gens et ça mérite vraiment d’être souligné.


Avant de partir, je vous propose un menu de semaine gratuit, avec liste d’épicerie déjà faite et mes meilleurs conseils sur le végétalisme. Tout ça dans mon kit de départ végétalien gratuit! Ça vous tente? Téléchargez-le ici et recevez-le automatiquement par courriel.